Montmajou, Bacanère, le printemps se désespère...

Une sortie quasi-hivernale 
en plein mois de mai...
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Plan du parcours.
Portion de descente en rouge foncé

Au village d'Artigue, 
les brebis attendent de monter en estive... un jour...

Entrée dans le bois de la Cigalière, vers 1400m.

Cabane de Saunères,
après une averse de neige de la nuit.

Crête de Serrat de Créspés en contre-haut.

Le chemin en contrebas du GR10, enfoui sous la neige.

Sur la crête de Serrat de Créspés,
Arrivée au pied du Plan de Montmajou.

Sommet (sud) du Plan de Montmajou.
Aucune visibilité...

Descente vers le col des Taons de Bacanère,
face à la longue crête du Bacanère.

Progression sur la crête du Bacanère.

Sommet du Pic de Bacanère...
... en attendant l'éclaircie.

Depuis le sommet du pic de Bacanère,
Petite trouée sur Trois Courets, Plan de Montmajou,
et plus loin le Tuc de Poujastou.

Depuis le sommet du Pic de Bacanère,
Bassiouès, Burat, et crête O-NO du Pic de la Hage.

Retour et descente vers le col des Taons de Bacanère.

Piquet du GR10, sur la zone en dévers
sous le Plan de Montmajou, au retour.

Retour sur le chemin sous le GR10, vers 1700m.

Petite éclaircie sur Luchon.

Vers 1570m, panneau indiquant 
la direction de la cabane de Salode.

Fin du parcours, au-dessus d'Artigue.

19 mai 2013.
Sortie compliquée par le froid, les nuages et l'enneigement exceptionnel de ce mois de mai (2013) où j'ai dû chausser les raquettes dès 1700m, dans une neige parfois lourde et éprouvante. Aussi, le Plan de Montmajou et le Pic de Bacanère n'ont pu m'offrir le panorama espéré, l'un des plus vastes de la région.

Cependant, en voyant les bergers soucieux et leurs troupeaux bloqués dans les vallées, on relativise ses petits malheurs de montagnard frigorifié...

RESUME DU PARCOURS:
Randonnée sans difficulté... par temps clair...
... et en absence de neige.

Accès route: Depuis Montréjeau, on emprunte la N125, puis la D125 en direction de Bagnères-de-Luchon. Au premier rond-point à l'entrée de la ville, prendre à gauche la D46 en direction de Juzet-de-Luchon, puis Sode et enfin Artigue, au terme d'une montée (raide) de 6kms.
Se garer au parking situé à l'entrée du village.

0h 00: Parking à l'entrée d'Artigue, 1224m; 31 T 0305407; 4744667.
On traverse le village jusqu'à l'église, puis on emprunte le GR 10 sur une petite route d'abord goudronnée puis cimentée. On laisse un large sentier à droite pour s'élever sur le chemin principal qui s'élève rudement. La voie traverse un bois d'épicéas, ignore les chemins forestiers pour s'élever en lacets jusqu'à la cote 1660.
1h 15: Cabane de Saunères, 1660m; 31 T 0306559; 4744180. La sente du GR10 étant recouverte de neige, j'ai suivi le chemin à gauche de la cabane  (N puis ENE). Vers 1700m, j'ai dû chausser les raquettes pour m'élever peu après, au jugé à l'E-SE, vers la crête de Serrat de Créspés (1860m). La voie se dirige ensuite  plein Est, puis N-NE vers la base du Plan de Montmajou.
2h 10 environ (en raison de la neige et des conditions): base du Plan de Montmajou, au nord de la cabane de Peyrehitte. On s'élève plein Est vers le sommet.
2h 40: PLAN DE MONTMAJOU, 2082m; 31 T 0308807; 4744819; Borne frontière n° 396. La BF 395 est très proche, au Sud.
On descend plein nord jusqu'au col des Taons de Bacanère situé à 1978m (ruines; 31 T 0308647; 4745371). J'ai suivi la crête enneigée en restant assez loin des corniches bien présentes en ce mois de mai (!!), pour remonter au NE la longue crête du Bacanère.
3h 35 (en raison de l'enneigement et du mauvais temps): 
PIC DE BACANERE, 2193m (BF n° 400); 31 T 0310042; 4746346. Panorama superbe... mais bien limité le jour de ma sortie.

Pour la descente, je suis revenu au col des Taons de Bacanère pour remonter, sous le Montmajou, en direction de la crête de Serrat des Créspés. Le cheminement en dévers (1) était un peu éprouvant dans la neige épaisse et instable (à noter comme point de repère en cas de mauvais temps, le panneau du GR10 à 1927m; 31T 0308479; 4745134.)
  • (1) Si on veut éviter cette zone de dévers, l'aller-retour par le sommet du Montmajou est plus sûr.