Pics d'Enfer: on ira tous au paradis...

Superbe sommet "triangulaire", parfois aérien,
au coeur d'une région magnifique.
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Plan du parcours

Cascada del Pino.

Embalse bajo de Bachimaña (2190m)
et refuge en construction. (NB: inauguré en 2012)

Embalse de Bachimaña alto (2207m).
Au fond, pic Muga, crête de Peterneille.

Cascade au pied de l'Embalse Ibon Azul bajo
(lac Azul inférieur)

Ibon Azul superior,
puis Pico de Arnales et Picos del Infierno.

Ibon Azul superior et Pic de Marmoleras.

Infiernos et leur glacier, depuis le névé à 2500m environ.

Depuis le collado del Infierno (col d'Enfer),
Ibon (lac) de Tebarray et pic de Tebarray

Pico et Ibon de Tebarray depuis l'arête du Garmo Blanco;
Frondellas et Balaïtous en arrière-plan

Depuis le sommet du Garmo Blanco, les Picos del Infierno.
Sur la droite, on devine la VIRE, 
à la limite du rocher rouge et gris.

Vignemale depuis le Garmo Blanco.

Depuis le sommet du Pico Occidental del Infierno,
Pico Oriental del Infierno et Pico Central del Infierno.

Depuis le sommet du Pico Central del Infierno,
Garmo Negro et Ibones de Pondiellos.

Depuis le sommet du Pico Central del Infierno:
Cambalès, Pointe d'Aragon, Petite Fache, Grande Fache.
Au premier plan Punta Zarre, Pico Gaurier, Piedrafita.

Depuis le Pico Central del Infierno, regard en arrière sur
 la "Taillante" et le Pic Occidental del Infierno.
Au second plan, Ossau (à gauche), Lurien (à droite).

Depuis le sommet du Pico Oriental del Infierno,
le Pico Central, la taillante et et le Pico occidental.

26 juillet 2009:
Les "Picos del Infierno" ou Pics d'Enfer doivent leur nom à Russell, qui, peu avant de réaliser la "première" en 1867 (1), devant le déchaînement des éléments à l'approche des sommets, déclara qu'il s'agissait d'un Enfer... Leur nom d'origine, guère usité de nos jours, est "Quijada de Pondiellos" (Mâchoire de Pondiellos).

Les Infiernos sont visibles depuis de nombreux sites ou sommets même éloignés, en raison d'une curiosité géologique: le massif est en effet traversé par une immense dalle calcaire de couleur blanc/grisâtre, alors que les autres flancs et le sommet de la montagne, schisteux, sont de couleur brun-rouge.

L'une des deux voies normales passe par les lacs de Pondiellos et le col du même nom. En milieu d'été, on peut leur préférer, ce qui fut mon cas, l'accès par les lacs de Bachimaña et les lacs Azules afin de profiter de quelques névés agréables et de paysages magnifiques. Le parcours, bien que plus long et exigeant (10 à 11h sur la journée, avec en complément l'ascension facultative du Pico de Garmo Blanco) est superbe et varié.

Mais le beau temps et l'absence de vent ont évidemment leur importance dans l'ascension de ce(s) grand(s) 3000 des Pyrénées.
  • (1) Première ascension en juin 1867 par Russell et le guide Sarettes qui durent s'y prendre à deux fois en raison des très mauvaises conditions météo.

RESUME DU PARCOURS:
Ascension longue sur la journée (PD-). (1)
Eboulis fuyants sous le Garmo Blanco, vire exposée ensuite.
Pas isolés de I+ à II  pour l'accès aux Pics.

NB: les coordonnées GPS sont en format de position hddd°mm'ss.s", 
selon le système géodésique WGS 84.
Accès route (depuis la France): Depuis Laruns en vallée d'Ossau, monter au col du Pourtalet (1794m) puis basculer en Espagne, dans le Val de Tena. Après Formigal et Sallent, passer le lac de Lanuza, puis le village d'Escarilla. Peu après ce dernier, prendre à gauche une route sur environ 8kms, jusqu'aux Baños de Panticosa.

0h 00: Parking à 1637m N 42° 45'38.1"; W 000° 14'01.5".
On suit à l'Est la piste qui conduit à la Casa de Piedra. Laisser le refuge à gauche et remarquer un sentier-  panneau "Glaciar de Infiernos" - et une pancarte. 
S'élever sur le sentier du GR11 dont les traces sont effacées au début (nombreux cairns).
0h 15: Passerelle: la franchir et rester sur la voie de gauche sans s'approcher du torrent. On trouve rapidement une bifurcation à 1723m N 42° 45'51.5"; W 000°13'56.2" et on poursuit à droite. Après quelques zig-zags au-dessus de la belle cascade del Pino (1800m), le sentier redescend un peu jusqu'à un replat situé à 1817m N 42°46'04.3"; W 000° 13'50.1".
0h 45: On remonte en face pour rejoindre la base du ressaut qui retient le barrage de Bachimaña Bajo. La voie, plus raide, s'élève jusqu'à la première retenue d'eau.
2h 00: Embalse de Bachimaña Bajo, 2187m. N 42° 46'50.9"; W 000° 13'46.3". Refuge - en construction en 2009, ouvert en 2012-, sur l'autre rive. On grimpe à gauche, (S-O) afin de contourner le lac et atteindre le lac supérieur de Bachimaña (Embalse de Bachimaña Alto) situé à 2207m. On remarque l'inscription "Azules", peinte en rouge sur un rocher.
2h 50: On descend vers une zone spongieuse où le torrent serpente. On traverse le ruisseau dès que possible pour remonter vers l'Ouest, à droite ou à gauche du torrent.
3h 00: Replat à hauteur de l'Embalse Azul Bajo (Lac Azul inférieur) à 2322m, N 42°47'15.7"; W000° 14'24.6". 
Après avoir traversé le déversoir, on remonte à droite le GR11 jusqu'au lac Azul Supérieur (Ibon Azul superior) situé à 2448m; N 42° 47'25.8"; W000°14'58.3". Le sentier, toujours bien marqué et cairné, traverse un large névé peu pentu et une zone d'éboulis.
3h 40: Nouveau névé vers 2510m (qui doit probablement subsister jusqu'à la fin de l'été?): N 42° 47'21.1"; W000°15'35.1". Plus raide que le premier, on peut le remonter directement ou en prenant appui sur la petite paroi rocheuse de gauche. Une zone d'éboulis, puis un nouveau névé assez pentu se présentent: on peut le franchir avec piolet et crampons selon les conditions (se méfier de la pente); ce névé est contournable par la droite, par une raide sente d'éboulis.
Les deux options se rejoignent au niveau d'une zone plus agréable qui conduit au:
4h 15 environ: Collado del Infierno (Col d'Enfer), 2721m; N 42°47'21.5"; W000°15'52.1".
On suit alors la sente cairnée qui se dirige au Sud.  D'abord évidente, la voie se perd rapidement dans les éboulis (nombreux cairns dans tous les sens...). A 2797m, le sentier oblique légèrement au SO avant de s'orienter au Sud vers l'arête du Garmo Blanco. Près du fil de l'arête, on rencontre de gros blocs exposés où quelques acrobaties ne sont pas de trop... J'ai choisi de m'éloigner un peu de l'arête en franchissant quelques ressauts et petits couloirs où l'on pose les mains (II), jusqu'à un collet à 2900m; N 42°47'07.5"; W000° 15'55.3". 
5h 10: Pico de Garmo Blanco: 2995m sur mon altimètre...et 2960m sur les cartes... bizarre...). N42° 47'06.5"; W000°15'53.8". Vue somptueuse et impressionnante sur les Pics d'Enfer...qui ne sont pas encore à portée de chaussure...
Depuis la petite plate-forme sommitale, on descend prudemment vers une petite brèche en posant les mains. On prend pied sur la VIRE située à la limite du rocher brun-rouge (partie sommitale) et blanc (dalle calcaire). Bien qu'exposée au vide, cette vire s'avère sûre sur sol sec. A la sortie, on remonte prudemment sur la gauche une petite cheminée-couloir, (I+  à II, risque de chute de pierres) en direction d'une:
5h 35: Brèche à 3001m: N 42°47'02.7"; W000°15'52.4". On remonte enfin un petit (et raide) couloir d'éboulis pour déboucher au:
5h 45 environ: Pico Occidental del Infierno, 3073m. N42° 46'59.2"; W000°15'52.4". Vue remarquable sur le reste du massif. On emprunte alors prudemment la "taillante" de calcaire blanc, exposée mais assez large. On passe partout sans difficulté particulière, à droite ou à gauche du fil, en s'aidant parfois des mains.
6h environ: PICO CENTRAL DEL INFIERNO, 3082m, point culminant du massif; N42° 46'53.2"; W000°15.37.8". On descend sans problème jusqu'à la brèche (Brecha del Infierno), d'où l'on remonte rapidement vers le troisième sommet en suivant les cairns:
6h 15: Pico Oriental del Infierno (ou SE), 3076m. N42° 46'53.0"; W000° 15'32.7".

J'ai choisi de revenir prudemment par le même itinéraire, en évitant cependant le sommet du Garmo Blanco, au prix de quelques contorsions...
  • (1) Alejos cote cette course en "PD" (y compris dans son édition de 2015), Jacqueminet en PD-, alors qu'Angulo reste sur du F+... Disons que j'ai opté pour une cotation moyenne qui me paraît raisonnable...

Aucun commentaire: