Gourgs Blancs, dans la Cour des Grands

A l'évidence l'un des plus beaux sommets des Pyrénées.
Le Pic des Gourgs Blancs se mérite et force le respect.
Cliquer sur les photos pour les agrandir.
Plan approximatif du parcours depuis La Soula.
Voir ci-dessous la photo de la partie finale de l'ascension

Panneaux anciens, peu après le départ. 1er jour.

Vierge de la Santète, à 1574m - 1er jour.

Cabane Prat-Cazeneuve (2020m), dans la brume du soir.-1er jour

Le Schrader étire ses crêtes jusqu'à l'Abeillé
dans la lumière matinale-2ème jour.

Ibon de Gias (2638m) depuis le Port de Gias (2921m)

Tracé approximatif de la fin de l'ascension par le flanc SUD.
ATTENTION: la photo est prise depuis le Pic de Clarabide;
depuis le Port de Gias, la perspective n'est pas la même.

Brèche -cheminée (avec bloc coincé) à escalader.

La même brèche, vue d'en haut.

Cheminée-couloir terminale

Derniers pas avant le sommet.
Ibon de Gias en arrière-plan.

Posets depuis les Gourgs Blancs.
Au premier plan, Pico de Gias.

Plaque commémorative, en hommage à Jean Arlaud,
au sommet des Gourgs Blancs (3129m)

Grand Quayrat, Lézat, Crabioules, Maupas, Royo,Perdiguero;
Plus près, Tusse de Montarqué et Lac Glacé (ou du Port d'Oô).

Crête des Gourgs Blancs, puis Schrader, Lustou, Vignemale,
depuis le sommet des Gourgs Blancs.

Lac de Caillaouas, lac du Milieu, Hourgade,
depuis le sommet des Gourgs Blancs.
Au fond, Néouvielle, Pic du Midi de Bigorre, Arbizon.

Perdiguero, Seil de la Baque, puis Aneto-Maladeta,
depuis le sommet des Gourgs Blancs.
Au premier plan à gauche, Pic Jean-Arlaud.

Belloc, Spijeoles, Gourdon depuis le sommet des Gourgs Blancs.
Le lac supérieur est à peine visible.

Base de la cheminée-couloir, au retour.

Lac de Clarabide, au retour.

28-29 août 2009:
Le Pic des Gourgs Blancs est l'un des plus beaux sommets des Pyrénées, si l'on en croit les spécialistes toutes générations confondues. Son glacier recule inexorablement, au point que l'ancienne voie normale par le Nord n'est quasiment plus fréquentée. Sur ce versant, elle est remplacée par un itinéraire délicat et croulant sur la fin (couloir nord-est) situé sous la Pointe Lourde Rocheblave. Quant au parcours de crête, rendu tristement célèbre par la mort du pyrénéiste Jean Arlaud (1), il connaît également quelques adeptes et offre des passages spectaculaires.

L'accès par le Sud (Port de Gias) est probablement de nos jours l'itinéraire le plus sûr pour atteindre le sommet, même s'il demande pas mal d'efforts depuis la vallée (Loudenvielle -Pont de Prat versant Nord, ou Eriste-Refuge d'Estos versant sud)
Cette voie fut jadis caricaturée par Russell qui estimait que, depuis le Port supérieur de Pouchergues, "une vache ou un goutteux pourrait faire en ligne droite, l'ascension des Gourgs Blancs..."(!!!!)
Les frères Cadier, dans leur ouvrage "Au pays des isards" (2) donnaient un tout autre point de vue en égratignant Russell au passage: "Si le grand ascensionniste, se fiant moins à ses yeux, eût tenté cette nouvelle voie, peut-être aurait-il abouti à une conclusion toute autre". Et de poursuivre: "Voulant aller en ligne droite, nous suivons la crête, d'abord extrêmement aisée. Elle nous conduit à de tels à-pics, si formidables, que nous doutons un instant de pouvoir atteindre la cime. Et nous devons nous soumettre à des dislocations clownesques, pour vaincre" (2).

Loin de telles acrobaties (!) et grâce à l'habile tracé en diagonale au-dessous de la crête, nous avons connu, par une belle journée d'août, une ascension "propre" et sans mauvaise surprise. La course reste cependant soutenue, peu fréquentée et parfois exposée aux chutes de pierres. Il vaut donc mieux à mon avis ne s'y lancer que par bonnes conditions et en l'étalant si possible sur deux jours.
  • (1) Jean Arlaud fit une chute mortelle sur la crête reliant la Pointe Lourde-Rocheblave et les Gourgs Blancs le 24 juillet 1938. Au sommet, une plaque de marbre, malheureusement brisée en 1985, lui rend hommage.
  • (2) Les cinq frères Cadier: "Au pays des Isards", 1903-1913, pages 39 et 40. Réédité en avril 2003 par MontHélios.

RESUME DU PARCOURS: 
Course très longue (PD-). 
Un peu d'ORIENTATION après le Port de Gias; 
passages d'escalade II en paroi (bon rocher). 
Casque,corde éventuelle. GPS utile
NB: les coordonnées GPS sont en format de position hddd°mm'ss.s", 
selon le système géodésique WGS 84.

Accès route: depuis l'extrémité du lac de Loudenvielle, prendre au Sud la direction de Pont du Prat et suivre, pendant 10kms environ, la route sinueuse qui s'élève jusqu'à la centrale hydroélectrique.
  • 1er jour: Pont du Prat (1232m)- Cabane Prat-Caseneuve (2020m):
0h 00: Pont du Prat, 1232m. On traverse le pont en suivant le bitume, puis un panneau invite à suivre le large sentier jusqu'à un ancien bâtiment éducatif. On franchit une barrière pour s'élever dans un pré le long d'une clôture, puis dans la forêt.
0h 15: Bifurcation avec le sentier du Port de la Pez à 1365m -N42°44'31"; E000°24'23.1"- que l'on laisse sur la droite pour monter dans le bois.
1h 00: On sort de la forêt vers 1570m et on atteint la Vierge de la Santète. N42°44'19.5"; E000°24'51.8". La voie domine ensuite les Gorges de Clarabide pendant environ 25 minutes.
Au terme du défilé, elle descend vers la gauche pour traverser un pont d'où l'on aperçoit le refuge. 
1h 45: Refuge de la Soula (1690m). Repérer à droite du bâtiment un panneau indiquant les directions des lacs de Caillaouas à gauche et de Pouchergues à droite.
On prend à droite le sentier qui descend vers le torrent, traverse une passerelle et en laisse une autre sur la droite. Il s'élève vers des portions rocheuses (anciennes traces de balisage bleu), franchit un ou deux ressauts et atteint une première croupe.
2h 15 à 2h 30: Croupe à 1841m
- N42°43'06.0";E000°25'14.4" - d'où le sentier redescend vers un joli plateau, rive droite de la Neste de Clarabide. On reste à l'horizontale avant de remonter un défilé rocheux et d'atteindre une deuxième croupe.
2h 45: Nouvelle croupe à 1913m -, et nouvelle descente vers la Neste de Clarabide.
3h 10: Piquet à 1925m (informations sur la vie des marmottes!)
- N42°42'33.7";E000°26'14.6" -situé juste au-dessus d'un ruisseau qu'il faut traverser. Le sentier, toujours cairné, passe à la base d'un premier torrent. Avant d'atteindre le second torrent, on laisse en face le sentier de Pouchergues pour monter à DROITE en suivant les cairns - N 42°42'34.7" ; EOOO° 26'16.6"- , puis en zig-zag jusqu'à la cabane.

4h environ: Cabane de Prat-Caseneuve, magnifiquement restaurée... et très conviviale, 2020m.
  • 2ème jour: Cabane Prat-Caseneuve (2020m) - PIC DES GOURGS BLANCS (3129m) et RETOUR:
0h 00: De la cabane, on revient au Nord sur le sentier de la veille pendant 150m environ.
On prend à droite (ENE) le sentier qui monte au Lac de Pouchergues et passe sur l'autre rive (N 42°42'22.9"; E 000°26'38.7"). On suit la sente cairnée qui contourne le lac par sa rive droite Nord.
De l'extrémité du lac, on se dirige ensuite à l'Est-SE au milieu de blocs rocheux, avant de monter en direction du torrent et des 2 cascades situées au-dessus.
1h: Le sentier s'élève en zig-zags en direction des cascades sans les atteindre, puis s'incurve à gauche, peu avant 2300m.
1h 20 à 1h 30: la voie vient heurter un petit ressaut facile, puis une
petite cheminée bien marquée (2404m) où l'on pose les mains. N42°42'04.0"; E000°27'24.1"- Un gros cairn marque la fin de la cheminée et le début d'une zone  mi-herbeuse, mi-rocheuse.
2h 30: On parvient près du lac de Clarabide (2648m) que l'on laisse à droite en contrebas
: N42°41'59.2"; E000°27'38.6", et on grimpe en face sur de gros blocs. Le Port de Gias apparaît vers l'Est, au-dessus d'une raide pente d'éboulis de couleur grise. Les premiers cairns se situent dans des blocs rougeâtres, à gauche du pierrier gris.

La sente, raide et parfois fuyante mais bien marquée,  grimpe rudement jusqu'à une dernière cuvette garnie d'un névé, à 2802m. NB: mieux vaut éviter de traverser le névé qui précède un entonnoir raide et fuyant (que j'avais testé pour  les  Pics de Clarabide ...)
En suivant les cairns, on s'élève alors en écharpe à GAUCHE du névé, puis sur une vire que l'on remonte  jusqu'à une zone moins pentue -N 42° 41'56.1"; E000°28'09.3"- située juste sous le col.
3h 15 à 3h 30: Port de Gias ou Port supérieur de Pouchergues, 2921m - N 42°41'53.2"; E000°28'14.5".
On s'élève à GAUCHE (Est) en direction de la Pointe Lourde-Rocheblave sur une sente cairnée.
IMPORTANT: Après 10 mn environ, à 2973m, cairn- N 42°41'55.8"; E000°28'20.1"- se présente une trace qui part sur la droite et à flanc plein Est. On la suit grâce aux cairns, toujours en traversée ascendante.
Après 20 mn de progression environ, on atteint une première brèche peu difficile où l'on pose les mains.
La voie descend quelque peu, puis, toujours à flanc vers l'Est, laisse sur la gauche une "fausse" cheminée (1) qui vient de la Tour Armengaud, et vient buter sur une deuxième brèche très raide. Nous avons choisi de l'escalader directement (II à II+, bloc coincé, voir photo).
On passe ensuite une vire un peu exposée et on se rapproche d'une troisième brèche QU'IL N'EST PAS NECESSAIRE DE FRANCHIR.
Juste avant ce point haut, on s'élève à gauche-plein Nord- N 42°41'58.2"; E 000° 28'38.9"- dans la cheminée-couloir bien marquée (voir photo).
En suivant les cairns et en progressant prudemment sur cette paroi rocheuse aux prises franches (II), on atteint le:
4h 30 à 4h 45: PIC DES GOURGS BLANCS, 3129m; N 42°41'59.9"; E000°28'39.9". Panorama immense.

Si l'on revient par le même itinéraire, il faut compter environ 50mn à 1h jusqu'au Port de Gias... avant de s'élancer vers le Pont de Prat, situé près de 2000m plus bas...
  • (1) Cette paroi, très raide et exposée aux chutes de pierres, est parfois confondue avec la "vraie" cheminée des Gourgs Blancs. Nous y avons vu des personnes faire demi-tour.

9 commentaires:

Rotaka a dit…

Encore une fois, chapeau bas pour cette magnifique "balade" qui a un goût de "revenez-y".
Rotaka

Lagrole a dit…

Merci pour ton commentaire sympa!
Je viens de rajouter un plan approximatif de la fin de l'ascension...au cas où...
A+
Lagrole.

Anonyme a dit…

Agur Peio,
Je viens de lire les commentaires, visionner les belles images de votre périple au pic des Gourgs blancs.
Juste un mot pour donner mon point de vue.
Remarquable.
... Et un autre, regrets (éternels).
Le comte Russell n'a pas pas dit que des choses sensées.
Pour rendre hommage à Jean Arlaud, médecin de son état, quelques lignes évoquant sa vie, son oeuvre.
http://www.pyrenees-passion.info/jean_arlaud.php

Une ruelle de Loudenvielle, par la célébration du sommet où il laissat sa vie, lui rend un hommage posthume.
http://img39.imagefra.me/img/img39/2/8/31/berlang/f_2boshurjo9am_24ee648.jpg

bernard

Anonyme a dit…

Très très belle réussite...
Magnifique ! pour l'itinéraire qui n'est pas évident...bravo..., et félicitations au tiercé gagnant !
Encore un très grand sommet sur ta liste...
A+ Dinosaure

Lagrole a dit…

Merci Dino pour tes commentaires élogieux!
J'avais longtemps préparé cette course, mais le suspense fut bien présent jusqu'au départ de la "fameuse voie ascendante"...
En fait il ne manquait que ta compagnie pour agrémenter un peu plus cette magnifique sortie!...
Ce n'est évidemment que partie remise.
A+

Anonyme a dit…

Bravo pour cette course, on trouve peu de topo des Gourgs Blancs sur le net, cela me donne un projet pour l'été prochain. Je suis passé cet été au pied des Gourgs Blancs au col (nord) et fait le Gourdon en passant.
J'attends qqs photos et je publierai un article sur un itinérant de 6 jours dans le secteur sur http://pyrenephoto.free.fr

@+ Olive

Lagrole a dit…

Merci Olive pour ce message bien sympa!
De mon côté, j'irai sûrement voir en 2010 le vallon de Caillaouas...on se croisera peut-être.
A+

Thrawn a dit…

Bonsoir

Merci pour ce compte rendu qui m'a bien aidé pour aller aux Gourgs Blancs (surtout le tracé depuis le Pic de Clarabide).

@+

Lagrole a dit…

Bonjour Thrawn et merci pour ce message!
Magnifique sommet qui en effet demande un peu d'orientation à partir du Port de Gias, afin de repérer le "fameux" cairn annonçant la diagonale ascendante.
@+